Fiche technique
Film américain
Date de sortie : 20 mai 1950
Genre : Drame romancé
Titre original : Gone with the wind
Durée : 3h58min
Scénario de Sidney Howard, Ben Hecht, David O. Selznick, Jo Swerling, John Van Druten...
D\'après l\'oeuvre de Margaret Mitchell
Musique de Max Steiner

Directeurs de la photographie : Ernest Haller et Lee Garmes
Avec Vivien Leigh (Scarlett O'Hara), Clark Gable (Rhett Butler), Leslie Howard (Ashley Wilkes), Olivia de Havilland (Melanie Hamilton), Hattie McDaniel (Mammy), Thomas Mitchell (Gerald O'Hara), Barbara O'Neil (Ellen O'Hara), Evelyn Keyes (Suellen O'Hara)..

Synopsis: En Georgie, en 1861, Scarlett O'Hara est une jeune femme fière et volontaire de la haute société sudiste. Courtisée par tous les bons partis du pays, elle n'a d'yeux que pour Ashley Wilkes malgré ses fiançailles avec sa douce et timide cousine, Melanie Hamilton. Scarlett est pourtant bien décidée à le faire changer d'avis, mais à la réception des Douze Chênes c'est du cynique Rhett Butler qu'elle retient l'attention....

Mon avis : Cette magnifique fresque en couleur de 1939 (quand on y pense on aimerait que tous les films d'après guerre aient été en couleurs aussi !) relate l'histoire passionnée, mélodramatique de la bourgeoisie géorgienne au moment où éclate la guerre de Sécession.

Quatre grands personnages : Scarlett O'Hara (Vivien Leigh) passionnée, vive, caractérielle et furieusement énergique aime Ashley Wilkes (Leslie Howard) mais celui-ci jette son dévolu sur Mélanie Hamilton (Olivia de Havilland). Scarlett et son sale caractère intéressent plutôt Rhett Butler (Clark Gable). Tain c'est Santa Barbara ce film !

Bon, la guerre va bouleverser le train de vie festif et colonialiste du sud pour révéler nos personnages adorés. Scarlett mène sa barque et devient veuve par deux fois avant de finalement se remarier avec Rhett mais sa passion avec le falot et gentleman Ashley rend Rhett fou de jalousie.

Dans ce film fleuve qui nous montre un sud colonialiste à la fois perdu par la guerre (les scènes montrant Atlanta assiégée sont impressionnantes) et dessiné avec une certaine nostalgie (ces serviteurs noirs si serviables, incultes mais si dévoués), on est fasciné par ces couleurs (de 1939 !) rouge, jaune (Minghella fait même d'ailleurs dans Cold Mountain de multiples pastiches, à moins que ce ne soit plutôt un hommage) ces velours riches du sud, vert, cramoisis, écarlates. On est subjugué également par l'impétuosité de Vivien Leigh (quelle actrice !), l'anti-conformisme et l'humour noir de Clark Gable. La fin si tragique et ambiguë nous montre une Amérique où tout est possible, cynique, violente, contrastée socialement (tu m'étonnes !) mais pas si manichéenne que ça.

Avis aux amateurs, un parallèle Gone with the wind / Cold Mountain serait à faire.


Note : 8.5/10